samedi 29 janvier 2011

L'Ice Trail : première étape 2011

Nous voilà déjà à la fin de ce mois de janvier gris, froid, neigeux ! Janvier quoi, normal. Peu de courses à se mettre sous la dent en cette période, alors, comme l'année dernière l'Ice Trail nous avait bien plu, on a recruté ! Nous étions donc 7 Rumbaïens plus Michel, collègue d'Anne à se retrouver au départ !
Michel, Moi, Philippe et Anne. Rajoutez Aurélie, Laurent, Kamel et Daniel, l'escouade est au complet !

Nous nous garons à environ 5 mètres du départ, gros changement par rapport à l'année dernière où l'on était à 2 bornes ! Petits joueurs, oui, un peu, mais le retour dans le froid nous avait paru interminable alors... Ce matin, c'est le vent qui nous cueille en sortant de voiture. Après avoir récupéré les dossards, on s'habille tous bien chaudement, et on patiente en voiture. Le luxe de sortir de celle-ci deux minutes avant le départ (qui sera retardé de 10 minutes, une habitude par ici ;). 
Pas vraiment d'objectif sur ce trail, ci ce n'est ne pas me faire maraver par Aurèl et Anne comme au TDS du printemps dernier ! Et c'est déjà beaucoup ! Toute la semaine, je me suis appliqué à mettre la pression sur Aurèle aux entraînements : "j'ai pas fait de côtes depuis novembre", "pas beaucoup couru à Bourges", "sortie longue"... J'en passe !
video
Pan, c'est parti !

Le départ est donné, un peu à l'arrache. Nous partons drection le château, en face. Daniel et Philippe partent vite devant, moi, je reste avec Aurèle et Anne, pour les surveiller ! Je ne sais pas où se trouvent les autres, mais les imagine plutôt devant.
Nous entrons dans la forêt très rapidement, pour ressortir sur un faux plat descendant assez long (1km). J'allonge tranquillement la foulée, me retourne, plus personne ! Bon, moi qui pensais plus ou moins rester avec elles au départ, tant pis ! Retour dans la forêt, premières montées-descentes, je suis dans le flot de coureur et me laisse porté. Je me retourne, je vois la veste jaune d'Anne pas loin, y'a pas un grand trou ! Je déroule, je me sens bien. Arrive une descente étroite et piégeuse, où tout le monde ralentit puis s'arrête... Ha non !

Un gros troncs d'arbre est en travers du chemin et nous oblige à passer en-dessous. Les organisateurs ont mis un bénévole, histoire de calmer tout le monde. C'est finalement assez rapide, et nous voilà reparti, longeant des jardins de Courcelles. Le parcours regagne la forêt, puis nous empruntons une route pavée en légère montée. Pas très agréable de courir là dessus, les appuis sont fuyants.


Retour à la terre et à la boue (mais moins que l'année dernière quand même), et c'est l'habituelle pause pipi ! Je m'arrête, persuadé que deux furies vont fondre sur moi, profitant de ce arrêt technique. Mais non, point de Rumbaïennes à l'horizon, je repars donc tranquillement. Toujours tout seul, les kilomètres s'enchaînent bien. Pas de sur-régime dans les montées, je suis prudent à cause du manque d'entraînement. On approche du 10ème, je mange une barre maison "miel-purée d'amande-kasha-quinoa soufflé" dans une montée, alors que j'entends quelqu'un crier dans un mégaphone...

video

Bon, fausse joie ! L'année dernière, le ravito avait été ouvert à l'aller, ce qui en avait fait deux. Pas cette année. Bon, je viens à peine de me ravitailler, donc, pas de souci. On suit un chemin large et roulant, en faux plat descendant. Puis on oblique à gauche, et là, merde ! Aurèl est quelques mètres derrière moi et me nargue ! 
 

Je commence à monter doucement pour l'attendre. Je lui demande des nouvelles d'Anne (elles étaient sensées courir ensembles). Laurent et Kamel sont avec elle. Moi qui les croyais devant. On commence donc à progresser tranquillement, sans forcément parler. C'est assez marrant, régulièrement, l'un des deux prend 10 ou 15 mètres d'avance, avant de se faire reprendre, puis les rôles s'inversent. Aurèle est plutôt à l'aise dans les montées, mais je la rattrape dès que le chemin redescends ou reste plat. Il faut dire que je me méfie des montées dans la boue, où j'ai l'impression de m'épuiser sans monter. On continue donc comme ça sur un bon rythme.

video

Vers le 20ème, dans une montée courte mais assez sévère, on voit débarquer Laurent et Kamel. Laurent a l'air pas mal, mais Kamel lui semble pas loin des crampes, mais s'accroche bien ! On discute un peu, demandons des nouvelles d'Anne, qui n'a pas réussit à les suivre. Nous arrivons au ravitaillement, environ au 22ème. Je me fais plaisir en avalant un verre de coca accompagné d'un tuc. J'en prends un autre, quelques fraises Tagada et repart, à la poursuite d'Aurèlie qui s'est à peine arrêtée. On fait l'effort avec Laurent, et on revient à peu près sur elle. Un spectateur l'annonce 6ème féminine. Je continue, un peu en marche forcé, et prends 15 ou 20 mètres d'avance. Laurent me talonne, et repère la 5ème féminine plus loin devant. Il me propose de ralentir un peu, et d'essayer de ramener Aurélie sur elle. Nouvel objectif, la course d'équipe est lancée. Je leur explique ce qui nous attends sur les derniers kilomètres, une ou deux montées, et surtout un long faux plat montant à la fin, et une petite cuvette à franchir dans les derniers 500 mètres. Il y a du "hop hop hop" dans l'air, et on essaye de booster Aurélie, qui s'accroche. Arrive le dernier long faux plat, j'ai repris de l'avance sur Aurélie, Laurent et Kamel. Ils ont l'air d'en chier, j'essaye de les encourager d'où je suis. Arrivé en haut du faux plat, je ralentis le rythme pour faire le dernier kilomètre en leur compagnie. Dans la dernière montée, on presse Aurèle pour qu'elle passe devant (ouais, gentlemen à la Rumba), et bah elle y arrive pas ! Obligé de la pousser dans le dos pour qu'elle franchisse la ligne en tête de notre petit groupe ! 

Daniel fini en 2H36 (3ème V2), Philippe en 2H59, nous en 3H10, Anne en 3H21, et Michel en 3H22. Bravo tout le monde !
A l'arrivée, un peu crevé, mais bien !


video
Arrivée d'Anne

Philippe et Kamel

Aurélie                                                              Laurent

N'hésitez pas à passer sur le blog des Leleu's ou sur le site de la RUMBA, le CR d'Anne est déjà en ligne !

Place maintenant à la prépa pour l'Eco Trail ! Vivement fin mars !

mardi 4 janvier 2011

2010...

Et oui, moi aussi, je cède à la tradition... Une année se finit, une autre commence... Alors, avant de regarder un peu en arrière, je vais commencer par vous souhaiter une très bonne et heureuse année. Je vous souhaite tout un tas de monotraces, de paysages à couper le souffle, de courses et de rencontres.

2010... Une année aboutie niveau course à pied. Elle avait plutôt mal commencé... Une préparation pour le marathon de Paris foiré, un marathon très dur pour finalement finir au dessus de mon meilleur temps... Puis le passage au trail, pour de vrai. Ma première foulée post "42,195 ème kilomètre" sur le Trail des Cerfs, un été et un automne très studieux, pour arriver à Millau des fourmis dans les jambes, et "serein". Je rêvais de courir les Templiers il y a de cela un an et demi, je l'avais même planifié, même si je n'y croyais pas trop. Et finalement... La course club, l'envie d'y aller et de mettre de coté tous les messages de prudence et de retenue. J'aurais tout aussi bien pu m’aligner sur le marathon des causses. J'aurais pris du plaisir dessus, c'est sur. Mais j'aurais eu un sacré pincement au coeur le lendemain matin quand les copains seraient partis sur Les Templiers... 12H18 sur les sentiers, des paysages magnifiques, une sensation de liberté, et peu de souffrance... Une sacrée année...

L'entraînement :
J'ai commencé à noter sur le site "mon carnet" mes entraînements depuis mi-2009. 2010 est donc la première année où je peux vraiment me rendre compte du volume, du dénivelé, du temps passé à courir... J'avoue que ça fait un peu flipper... Mais quand on aime...


Je vais essayer de garder la même structure d'entraînement pour 2011. Pèle-mêle, de la VMA, de l'allure spécifique ou fartlek, une séance en salle pour du renforcement, une séance de côtes et une sortie longue. Varier, se faire plaisir, ne pas hésiter à faire une sortie vélo à la place de la sortie longue...

Les courses :

Un peu de tout dans ce tableau ! Comme je le disais en introduction, un début d'année plutôt route (excepté l'Ice Trail). Deux semi pour se remettre dans le bain après un mois de février léger. Une reprise trop brusque sur le semi de Bullion qui m'a valu une contracture à un mollet, et qui a foutu en l'air ma prépa pour Paris. Et oui, j'étais déjà à la bourre, et je me suis repris deux semaines. Je ne pense pas refaire cette erreur, courir un semi par -4 degrés, sans avoir couru pendant deux semaines avant, et essayer (sur les deux premiers kilomètres, pas plus) à suivre un copain du club, c'était vraiment pas une bonne idée... Le semi de Rambouillet m'a permis de reprendre un peu confiance, en courant les 15 premiers kilomètre à allure marathon en compagnie de Johann, puis en lâchant tout sur la fin. Puis le Marathon de Paris, pour la seconde fois. L'attente dans le sas et les premiers kilomètres en compagnie d'Alex, le trou entre le 34ème et le 40ème kilomètre, et la déception de faire moins bien que prévu...
Le reste de la saison m'a ensuite ramené vers les chemins, les forêts et les séances de VMA en côte. J'avais envie de voir ce qui se passait après ce fameux kilomètre. Le 42ème, celui où tout s'arrête, le but ultime du coureur sur route. J'avais envie de courir l'Eco Trail, mais je m'étais finalement rabattu sur le Marathon de Paris pour pouvoir le partager avec Alex, en reportant ces envies de longueurs sur le Trail des Cerfs version 50Km. La course c'est bien passée, très bien même, bien gérée, sans me mettre dans le rouge, comme je le voulais... J'ai dépassé le marathon, je suis tombé dans un monde parallèle. Déjà pour la plupart des gens, quand tu dis que tu cours des marathons, ils te prennent pour un dingue. Plus qu'un marathon, tu deviens un extra-terrestre... Le retour sur terre a été dur. Un énorme coup de barre durant le Trail du Pays de Sully, les copines (Val, Aurèle et Anne) qui me mettent 3 minutes dans les 3 derniers kilomètres (voir moins...). Je rappelle que l'objectif était de partager la première partie de la course avec elles, puis de prendre mon rythme et les lâcher... Raté... En été, peu de course, à part les 20Km de la côte de granit rose, à l'occasion d'un weekend chez la belle famille en juillet. 1H29 pour un premier 20Km, en ayant une grosse semaine dans les pattes et aucune préparation pour courir sur ce rythme, on peut dire que j'ai été très satisfait de ma course ! Ensuite rideau jusqu'à ce fameux weekend d'octobre. Era, les fumigènes, les Causses... Une journée magique, tellement de souvenirs, d'émotions rien qu'en y repensant... Les Templiers, c'est fait (Ière partie, le samedi, IIème partie, ma course) ! J'ai ensuite accompagné Pierro sur le cross de Versailles, on s'est plutôt bien marré même si il en a chié ! Pour finir la saison en beauté, un retour au Perray, pour courir le petit format du dernier Origole... J'aurais vraiment aimé la faire en entier celle-là...
C'est peut être un peu tard pour vous le dire, mais pour ceux qui n'aurais pas fait attention, vous pouvez cliquer sur les noms des courses pour lire ou relire le CR posté sur mon blog... Je vous conseillerais le Trail des Cerfs, les Templiers et l'Origole... Mais il faut avoir le temps...

Je me suis amusé, sur une idée de Solen, à placer toutes les courses que j'ai couru sur une carte. J'ai donc l'honneur de vous présenter la carte 2010 ! Dessous, le lien permettant de naviguer directement dans la carte, et d'avoir quelques renseignements sur chaque course (nom, année, temps).

2011 ?
Hahaha, plein de choses ! En vrac, l'Eco Trail 80Km le 26 mars et l'arrivée au premier étage de la tour Eiffel, puis la Maxi Race (ex Annecime), c'est-à-dire le tour du lac d'Annecy par les cols avec des chiffres qui laissent rêveur : 78Km pour 4400 D+. Enfin le retour sur route en automne, pour préparer le marathon de La Rochelle en aidant au maximum Julien pour son défi de la trentaine !

A bientôt pour de nouvelles aventures...