samedi 29 janvier 2011

L'Ice Trail : première étape 2011

Nous voilà déjà à la fin de ce mois de janvier gris, froid, neigeux ! Janvier quoi, normal. Peu de courses à se mettre sous la dent en cette période, alors, comme l'année dernière l'Ice Trail nous avait bien plu, on a recruté ! Nous étions donc 7 Rumbaïens plus Michel, collègue d'Anne à se retrouver au départ !
Michel, Moi, Philippe et Anne. Rajoutez Aurélie, Laurent, Kamel et Daniel, l'escouade est au complet !

Nous nous garons à environ 5 mètres du départ, gros changement par rapport à l'année dernière où l'on était à 2 bornes ! Petits joueurs, oui, un peu, mais le retour dans le froid nous avait paru interminable alors... Ce matin, c'est le vent qui nous cueille en sortant de voiture. Après avoir récupéré les dossards, on s'habille tous bien chaudement, et on patiente en voiture. Le luxe de sortir de celle-ci deux minutes avant le départ (qui sera retardé de 10 minutes, une habitude par ici ;). 
Pas vraiment d'objectif sur ce trail, ci ce n'est ne pas me faire maraver par Aurèl et Anne comme au TDS du printemps dernier ! Et c'est déjà beaucoup ! Toute la semaine, je me suis appliqué à mettre la pression sur Aurèle aux entraînements : "j'ai pas fait de côtes depuis novembre", "pas beaucoup couru à Bourges", "sortie longue"... J'en passe !
Pan, c'est parti !

Le départ est donné, un peu à l'arrache. Nous partons drection le château, en face. Daniel et Philippe partent vite devant, moi, je reste avec Aurèle et Anne, pour les surveiller ! Je ne sais pas où se trouvent les autres, mais les imagine plutôt devant.
Nous entrons dans la forêt très rapidement, pour ressortir sur un faux plat descendant assez long (1km). J'allonge tranquillement la foulée, me retourne, plus personne ! Bon, moi qui pensais plus ou moins rester avec elles au départ, tant pis ! Retour dans la forêt, premières montées-descentes, je suis dans le flot de coureur et me laisse porté. Je me retourne, je vois la veste jaune d'Anne pas loin, y'a pas un grand trou ! Je déroule, je me sens bien. Arrive une descente étroite et piégeuse, où tout le monde ralentit puis s'arrête... Ha non !

Un gros troncs d'arbre est en travers du chemin et nous oblige à passer en-dessous. Les organisateurs ont mis un bénévole, histoire de calmer tout le monde. C'est finalement assez rapide, et nous voilà reparti, longeant des jardins de Courcelles. Le parcours regagne la forêt, puis nous empruntons une route pavée en légère montée. Pas très agréable de courir là dessus, les appuis sont fuyants.


Retour à la terre et à la boue (mais moins que l'année dernière quand même), et c'est l'habituelle pause pipi ! Je m'arrête, persuadé que deux furies vont fondre sur moi, profitant de ce arrêt technique. Mais non, point de Rumbaïennes à l'horizon, je repars donc tranquillement. Toujours tout seul, les kilomètres s'enchaînent bien. Pas de sur-régime dans les montées, je suis prudent à cause du manque d'entraînement. On approche du 10ème, je mange une barre maison "miel-purée d'amande-kasha-quinoa soufflé" dans une montée, alors que j'entends quelqu'un crier dans un mégaphone...


Bon, fausse joie ! L'année dernière, le ravito avait été ouvert à l'aller, ce qui en avait fait deux. Pas cette année. Bon, je viens à peine de me ravitailler, donc, pas de souci. On suit un chemin large et roulant, en faux plat descendant. Puis on oblique à gauche, et là, merde ! Aurèl est quelques mètres derrière moi et me nargue ! 
 

Je commence à monter doucement pour l'attendre. Je lui demande des nouvelles d'Anne (elles étaient sensées courir ensembles). Laurent et Kamel sont avec elle. Moi qui les croyais devant. On commence donc à progresser tranquillement, sans forcément parler. C'est assez marrant, régulièrement, l'un des deux prend 10 ou 15 mètres d'avance, avant de se faire reprendre, puis les rôles s'inversent. Aurèle est plutôt à l'aise dans les montées, mais je la rattrape dès que le chemin redescends ou reste plat. Il faut dire que je me méfie des montées dans la boue, où j'ai l'impression de m'épuiser sans monter. On continue donc comme ça sur un bon rythme.


Vers le 20ème, dans une montée courte mais assez sévère, on voit débarquer Laurent et Kamel. Laurent a l'air pas mal, mais Kamel lui semble pas loin des crampes, mais s'accroche bien ! On discute un peu, demandons des nouvelles d'Anne, qui n'a pas réussit à les suivre. Nous arrivons au ravitaillement, environ au 22ème. Je me fais plaisir en avalant un verre de coca accompagné d'un tuc. J'en prends un autre, quelques fraises Tagada et repart, à la poursuite d'Aurèlie qui s'est à peine arrêtée. On fait l'effort avec Laurent, et on revient à peu près sur elle. Un spectateur l'annonce 6ème féminine. Je continue, un peu en marche forcé, et prends 15 ou 20 mètres d'avance. Laurent me talonne, et repère la 5ème féminine plus loin devant. Il me propose de ralentir un peu, et d'essayer de ramener Aurélie sur elle. Nouvel objectif, la course d'équipe est lancée. Je leur explique ce qui nous attends sur les derniers kilomètres, une ou deux montées, et surtout un long faux plat montant à la fin, et une petite cuvette à franchir dans les derniers 500 mètres. Il y a du "hop hop hop" dans l'air, et on essaye de booster Aurélie, qui s'accroche. Arrive le dernier long faux plat, j'ai repris de l'avance sur Aurélie, Laurent et Kamel. Ils ont l'air d'en chier, j'essaye de les encourager d'où je suis. Arrivé en haut du faux plat, je ralentis le rythme pour faire le dernier kilomètre en leur compagnie. Dans la dernière montée, on presse Aurèle pour qu'elle passe devant (ouais, gentlemen à la Rumba), et bah elle y arrive pas ! Obligé de la pousser dans le dos pour qu'elle franchisse la ligne en tête de notre petit groupe ! 

Daniel fini en 2H36 (3ème V2), Philippe en 2H59, nous en 3H10, Anne en 3H21, et Michel en 3H22. Bravo tout le monde !
A l'arrivée, un peu crevé, mais bien !


Arrivée d'Anne

Philippe et Kamel

Aurélie                                                              Laurent

N'hésitez pas à passer sur le blog des Leleu's ou sur le site de la RUMBA, le CR d'Anne est déjà en ligne !

Place maintenant à la prépa pour l'Eco Trail ! Vivement fin mars !

3 commentaires:

  1. Félicitations pour cette belle course. De belles photos, je peux lire la souffrance des coureurs sur leur visage.

    RépondreSupprimer